Vivre sur une péniche

Péniche d'habitation
Péniche d'habitation


Vivre sur une péniche
Un rêve pour beaucoup !

Mais avant de passer du rêve à la réalité, et vivre sur une péniche, certaines choses sont à prendre en compte.

 

 

L’achat et le financement

– L’achat

L’achat d’une péniche n’est pas sans risques.

Une coque en mauvais état, un moteur fatigué.sont des éléments dont il est parfois difficile de juger au premier coup d’oeil.
Exigez de l’acheteur, avant la signature du contrat de vente, le certificat d’expertise du bateau.
L’expertise faite par un professionnel agréé portera d’abord sur l’état de la coque au travers d’un plan de sondage.
Elle portera aussi sur tous les principaux éléments constitutifs du bateau.

Concernant la vente en elle-même, le bateau étant un bien mobilier, un contrat de vente passé entre les parties sous seing privé est suffisant.
Mais faites de préférence authentifier l’acte par un notaire qui pourra vérifier en cette occasion l’absence d’hypothèque sur le bien.

– Le financement

Si vous devez recourir à l’emprunt pour financer l’achat, obtenir un prêt immobilier peut s’avérer compliqué, puisque par définition, un bateau est un bien « mobilier ».
Souvent il vous sera demandé d’hypothéquer un autre bien à titre de garantie (si possible) ou à défaut de prendre une hypothèque fluviale  (que les banques n’aiment pas trop car plus compliquée).
Prévoyez donc de contacter plusieurs établissements de crédit.

 

L’amarrage

Pour obtenir l’autorisation de stationner sur le fleuve (domaine public), il faudra vous mettre en liste d’attente auprès des Voies navigables de France (VNF) ou du Port de Paris afin d’obtenir une COT (convention d’occupation temporaire).
Le souci est que cela peut prendre plus de dix ans avant d’espérer obtenir cette fameuse COT.

L’alternative, c’est d’acheter une péniche disposant déjà d’une COT.
Même si en théorie, cette convention n’est pas cessible, effectuer un transfert de propriété est monnaie courante.

 

La COT et son coût et les autres taxes

La COT est un contrat de cinq ans généralement.
En contrepartie de l’autorisation d’occuper l’espace public défini, vous aurez à verser une redevance mensuelle qui aller de 150 à 1500 € voire plus à Paris.

Il faudra aussi prendre en compte la taxe d’habitation et la taxe foncière.

Si vous êtes raccordé au réseaux EDF et eau, vous aurez évidemment les mêmes facturation que pour une habitation classique.

 

L’entretien

Quand on souhaite vivre sur une péniche, il est vivement conseillé d’être assez bricoleur  (comme pour beaucoup de bateaux d’ailleurs).

Il vaut mieux pouvoir gérer soi-même les petites réparations courantes pour limiter leur coût.
Même chose pour le nettoyage de cette importante surface extérieure.
Il faut aussi penser et gérer les dispositions à prendre en cas de crue.

Le poste le plus important en réalisation comme en budget est la sortie en cale sèche obligatoire tous les dix ans.
Il s’agit de la même expertise que celle à demander au vendeur lors de l’achat du bateau.
Celle-ci fait office d’attestation de navigabilité.
Le coût sera de l’ordre de 5 000  € pour une péniche sans compter les réparations éventuelles à réaliser qui peuvent très vite atteindre 20 000 ou beaucoup plus parfois.

 

L’assurance

Enfin l’assurance est obligatoire comme toute habitation.
A titre indicatif son coût devrait être de l’ordre de 1% de la valeur du bateau.

 

Avant de se décider

Il reste encore à comparer les avantages et les inconvénients de ce mode d’habitation et de vie.

Les témoignages vidéos ci-après sont là pour vous aider à vous en faire votre propre idée.

 

 

Voila, franchirez-vous le pas ?

Serez-vous le premier lecteur de notre blog à vous lancer dans cette aventure et vivre sur une péniche ?

 

6 Comments

  1. “Il faudra aussi prendre en compte la taxe d’habitation et la taxe foncière.” et bien justement, y’en a pas !!!

  2. bon si tu n ‘aime pas les araignées c’est cuit lol 🙂

  3. Attention de nombreuses communes font payer la taxe foncière et la taxe d’habitation considérant que l’habitation est fixe (non navigante).Il peut en effet y avoir des exceptions. D’où la nécessité de se renseigner auprès de l’ancien propriétaire mais surtout auprès des services fiscaux du lieu ou le bateau sera amarré.

    • Je croyais justement que la COT remplacait la taxe d’habitation, et qu’il n’y avait pas de foncière. Chose à bien vérifier, merci du tuyau 😉

      • Je viens de voir cela sur un site dédié…”L’impôt foncier n’est pas dû si la péniche est capable de naviguer (cf. code des impôts).
        La taxe d’habitation est parfois réclamée en compensation des services municipaux (école, poubelles…), mais le tribunal administratif n’est pas de cet avis”

        Bon, je n’ai plus d’enfant à ma charge, et je jetterai donc les poubelles dans le Rhône )))

        Sérieusement, un point sur lequel il faut être sûr …

  4. Oui, j’ai vu pour les araignées ……. j’ai des clients qui font des bons produits contre. D’un autre côté, un jour je m’excusais auprès de Lucas des toiles d’araignées dans la maison, il m’a repondu “t’inquiète Papa, les araignées ne vivent que dans les maisons saines” )))

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Résoudre : *
20 ⁄ 10 =