Le rapport Duron, une menace pour les plaisanciers ?

Le rapport Duron, une menace pour les plaisanciers ? 

 

Le rapport du Conseil d’Orientation des Infrastructures sur les mobilités au quotidien, établi sous la présidence de Monsieur Philippe Duron  a été remis le 1er février à Madame la Ministre des Transports.

Ce rapport comprend un article (page 37) qui fait débat et menace en partie l’avenir de la plaisance, mais pas seulement.

Le rapport en intégralité

 

Le rapport Duron – l’article qui fait débat !

Rapport Duron - Article 3.5.3  page 37

Rapport Duron – Article 3.5.3 page 37

 

A l’heure où on parle de ruralité, de maillage du territoire, d’écologie, comment peut-on envisager la “dé”navigation de 20% des canaux français ?

A qui faire croire que la “dé”navigation permettrait de favoriser la sauvegarde du patrimoine en transférant une part des sommes économisées sur l’entretien des canaux en faveur de la rénovation des ouvrages.  ?

Le personnel de VNF appréciera !

J’ajoute que c’est se moquer des efforts consacrés par départements et régions pour développer le tourisme fluvial dans toutes ses composantes avec les retombées économiques qu’il engendre.

Des canaux sans bateaux garderaient ils un attrait pour les touristes de passage. ?

Fermer certains canaux (et pas forcement des moindres reviendrait à les faire mourir une seconde fois.

Il faut donc que les acteurs de la plaisance fluviale se mobilisent aux côtés de leurs élus locaux pour faire entendre  leur voix avant qu’il ne soit trop tard.

L’ANPEI  (association des plaisanciers en eaux intérieures) l’a fait en alertant les élus.

Lettre ANPEI aux élus

Certains élus ont commencé à réagir.    http://www.jhm.fr/departement/Canal-non-a-l-arret-de-la-navigation

 

La mobilisation est nécessaire.

De nombreux villages n’ont plus d’école, plus de poste, plus de médecin, plus de banque, plus de commerces, faut-il les priver de la seule animation qu’il leur reste avec le canal et les bateaux qui l’empruntent.

On sent bien qu’il n’y a plus que les grandes métropoles qui intéressent nos gouvernants, mais est-ce une raison de les laisser faire ?

Certainement pas, alors le combat ne fait que commencer !

 

A.E.

 

 

 

 

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Résoudre : *
25 × 30 =